Pourquoi la calvitie fait-elle souffrir les hommes ? » Novesthetica

Pourquoi la calvitie fait-elle souffrir les hommes ?

Vers 40-50 ans, la calvitie touche un homme sur deux. Est-elle perçue comme « normale » par la gente masculine ? Pas forcément ! Car si certains la cachent en se rasant le crâne, d’autres continuent de perdre leur estime de soi, au même rythme que leurs cheveux. Pourquoi la calvitie fait-elle souffrir les hommes ? Tel est le sujet traité par notre article.

« J’ai 40 ans, et je perds mes cheveux depuis mes 18 ans. Aujourd’hui, je suis très dérangé de mon apparence. Je me trouve moins attirant et cela me mine moralement.» Sur nombreux forums, des témoignages comme celui-ci sont légion. Les hommes touchés par la perte de cheveux ne cachent pas leur désarroi, voire souffrance pour certains.

Beaucoup d’hommes voient en l’alopécie une véritable souffrance : surtout pour les plus jeunes ou les plus sensibles, chez qui l’impact de la chute de cheveux va bien au-delà d’une simple question d’apparence.

Les cheveux : une marque d’appartenance

Partout, et depuis bien longtemps, la coiffure permet de placer l’individu dans son groupe social. Un changement de coiffure marque un passage d’un statut à un autre, d’un âge à un autre, Il procure donc à l’individu une nouvelle identité.

Perdre ses cheveux s’apparenterait plus à une rupture identitaire. Et, pour beaucoup, de passage à un autre âge – plus avancé – , le pouvoir de séduction est gravement touché.

Les cheveux: un signe de force

Pas de vie à deux sans cheveux ? Pas de confiance en soi ? Ce raisonnement peut sembler incorrect mais les traditions d’autres cultures démontrent le grand pouvoir qu’on prête depuis des siècles aux cheveux. Un exemple ? Les scalps, Pratique des Amérindiens qui consistait à enlever, sur la tête d’un ennemi, une touffe de cheveux avec la peau en signe de trophée de guerre, précisément parce qu’ils permettaient au vainqueur de s’approprier l’énergie vitale de son adversaire.

Symboliquement, l’homme en perdant sa chevelure se retrouverait affaibli. De quoi comprendre pourquoi la seule idée de devenir chauve peut se révéler source d’angoisse.

Stress et chute des cheveux, le cercle vicieux

Lorsque l’homme est privé de son symbole de force et de vitalité, sa confiance commence à se décimer. Surtout, quand, comme pour tout complexe, la calvitie finit par prendre de l’ampleur.

Les conséquences de cette situation sont le mal-être et un stress dont le risque principal est d’accélérer encore la chute.
Pour mettre un terme à cette situation fâcheuse, certains sont tentés d’expérimenter toutes les méthodes disponibles de lutte contre la chute de cheveux.

En la matière, le choix est large mais les résultats rarement au rendez-vous, car seule une poignée de solutions, dont la technique FUE ( voir article), a aujourd’hui fait ses preuves scientifiquement, tout en étant une solution non-invasive qui ne laisse aucune trace.

La chute de cheveux est tout à fait normale la plupart du temps car 90% des cas de calvitie sont héréditaires ( aussi appelés alopécie androgénique). Si vous vous êtes habitués à votre look, au crâne rasé, et que la chute de cheveux ne vous affecte pas moralement, vous n’avez pas à vous préoccuper de cette situation.

Par contre, si vos cheveux s’estompent au même rythme que votre confiance en vous-même, on espère que grâce à cet article, vous comprendrez davantage pourquoi 🙂

Dans ce cas, on ne peut que vous recommander d’aller visiter un dermatologue, ou tout simplement réfléchir à une éventuelle greffe de cheveux, accessible aujourd’hui plus que jamais.

Découvrez plus d'article

Le PRP après la greffe de cheveux 

by Lamia Akoubach 28 août 2018

La greffe de la barbe

by Lamia Akoubach 7 août 2018

DHI VS FUE

by Lamia Akoubach 19 juin 2018

Bénéficiez d'une nuit additionnelle au sein d'un hotêl 5 étoiles en réservant notre offre GOLD. Demandez votre consultation gratuite dès aujourd'hui !

Obtenir une consultation gratuite
4 Partages
Partagez4
Tweetez
Enregistrer